Nous avons besoin de vous !

Plateforme web performante, kit de mobilisation pour les étudiants de toute la France, et gros événement de lancement pour mobiliser la jeunesse : voilà de quoi nous avons besoin aujourd’hui pour les premiers pas du mouvement national des « générations cobayes » !

Nous souhaitons lancer le mouvement des “Générations Cobayes” avec une soirée spéciale “éco-orgasme” ! Le mouvement, initié par le collectif “Appel de la Jeunesse”, est déjà en marche … Il lui manque juste un petit coup de pouce pour en faire un succès national.

Ce mouvement de jeunes citoyens a besoin de sa soirée de lancement et d’outils de communication performants pour essaimer rapidement, sur le web et partout en France !

 

La soirée

Un bar bio, de la bonne musique, vous, des associations et des jeunes qui veulent agir, des goodies “Générations Cobayes” et bien sur … le kit des 7 commandements pour atteindre l’éco-orgasme !

Cette soirée sera l’occasion de réunir toutes les personnes qui veulent dire « Non merci ! » à nos côtés (voir notre « Appel de la jeunesse »)

Un objectif ? Se préparer à passer à l’action partout en France pour diffuser le mouvement et faire pression sur les responsables politiques et les entreprises.

 

Le mouvement

Le mouvement “Générations Cobayes” réunit des associations et des gens avec un seul objectif : nous permettre de vivre tous en bonne santé !

Nous ne sommes pas là pour faire peur mais pour rappeler une chose : nous devons toujours pouvoir avoir le choix.

Or pour avoir le choix, il faut être informé, connaître les données du problème.

Nous demandons juste de pouvoir choisir, et de ne pas avoir à tester les nouvelles molécules chimiques, les nouveaux pesticides, les nouvelles nanoparticules … avec nos propres corps !

 

“Générations Cobayes” se structure autour d’une plateforme web qui :

• Informe, conseille et explique

• Donne à agir, chacun à sa manière

 

Le mouvement s’organise autour de différents pôles:

• Plaidoyer (auprès des pouvoirs publics et des entreprises)

• Actions médiatiques

 

Comment va-t-on faire ?

• On s’informe et on partage nos connaissances,

• On mobilise les nouvelles générations, en utilisant « leurs » codes

• On interpelle les industriels pour faire évoluer les pratiques,

• On interpelle les responsables politiques pour faire évoluer les législations dans l’intérêt général

 

Ce n’est pas aux consommateurs de changer leurs habitudes. 

Ce n’est pas aux responsables politiques de faire preuve de courage. 

Ce n’est pas aux entreprises d’adopter des pratiques respectueuses des hommes et de leur environnement.

 

C’est à nous TOUS de le faire !

 

La première campagne : pourquoi éco-orgasme ?

Notre première campagne destinée aux 18 – 30 ans portera sur la santé, l’environnement… et le sexe !

Beaucoup d’entre nous savent atteindre l’ « orgasme », mais qu’en est-il de l’ECO-orgasme ? Un orgasme ultime, atteint en plusieurs étapes, de la drague au coït en passant par les sextos et les préliminaires, où vous n’avez empoisonné ni votre corps ni celui des autres !

À quoi servira la collecte ?

Nous souhaitons donc réunir 6000 euros pour développer tous les outils nécessaires au vrai déploiement du mouvement au niveau national.

BP_kkbb

Avec 2000 € supplémentaires, nous pourrons développer un module en ligne pour que chacun évalue son degré d’exposition.

 

A nous de jouer ! :)

C’est par là : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/1ere-soiree-eco-orgasme-du-mouvement-citoyen-generations-cobayes/

Radiofréquences: 3 fois plus de risque de cancer après 25 ans d’exposition – Journal de l’Environnement

Faute de recul suffisant, les effets de l’exposition à long terme aux radiofréquences n’avaient jusqu’ici pas pu être établis. Depuis la Suède, précurseure de la téléphonie mobile, des chercheurs viennent de publier la première étude sur le sujet. Ils mettent en évidence une augmentation significative du risque de tumeur cérébrale pour les utilisateurs de portable et de sans-fil après 20 années d’utilisation.

Voilà plus de 30 ans que les Suédois goûtent aux joies du «sans fil»[1]; une population idéale à étudier pour les oncologues et les spécialistes des rayonnements, afin d’éclaircir la question des effets sanitaires des téléphones portable et de leurs cousins sans fil après plus de 25 ans d’utilisation. L’étude réalisée par l’équipe de Lennart Hardell[2] est la première à étudier ces effets sur une aussi longue durée. Et elle met en évidence une augmentation très significative du risque de tumeur cérébrale associé aux radiofréquences (RF), puisque ce risque double après 20 ans d’utilisation et triple au-delà de 25 ans. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revueInternational Journal of Oncology.

Etude solide

Les chercheurs suédois ont comparé l’incidence de tumeur cérébrale auprès de deux populations exposées depuis les débuts de la technologie «sans fil». La première (se fondant sur le registre national des cancers) est constituée de malades âgés de 18 à 75 ans, chez qui le diagnostic de cancer a été posé entre 2007 et 2009. Les 593 malades ont été choisis en fonction de leur âge, sexe, facteurs héréditaires, etc. Des critères également utilisés pour recruter la population-témoin, constituée de 1.368 personnes, indemnes de toute pathologie et utilisatrices de technologies «sans fil». «Cette étude est très solide au plan épidémiologique, car on ne travaille pas à partir d’un échantillon, mais bien à partir de la totalité de la population que l’on souhaite analyser», souligne Janine Le Calvez, la présidente de l’association Priartem[3].

Incidence en cloche

L’incidence des cancers suit une courbe en forme de cloche: après une exposition allant de 1 à 5 années, les chercheurs mettent en évidence un risque 80% plus important, qui décroît pour les 10 années qui suivent, avant de repartir avec vigueur pour la période d’exposition comprise entre 15 et 20 ans, où le risque est multiplié par deux, et par 3 pour une exposition de 25 ans. «La question qui est posée ici, c’est de savoir si l’exposition a favorisé l’apparition de quelque chose qui était déjà en route –les RF auraient un effet promoteur- ou si elle est à l’origine de la tumeur –avec un effet initiateur?», s’interroge Janine Le Calvez, qui considère que la technologie numérique aurait les deux caractéristiques. Et de relever une corrélation entre le côté de la tête où est le plus souvent utilisé le téléphone portable et la localisation de la tumeur.

Portable à 5 ans, tumeur à 30 ans?

Au vu de cette étude, qui vient consolider le classement en cancérigène possible (2B) par le Circ en 2011, Priartem s’inquiète de l’exposition de plus en plus précoce aux ondes. «Dans 25 ans, ils seront en pleine trentaine, sauf que… l’utilisation durable du portable multiplie par trois les risques d’être atteint d’une tumeur cérébrale (…) Ces résultats doivent inciter plus que jamais les responsables de la santé à informer largement la population des risques associés à l’usage du portable et plus généralement à l’exposition aux radiofréquences.»

Le 15 octobre, l’Anses publiera une mise à jour de l’évaluation des risques liés aux radiofréquences.

 


[1] En Suède, la population a commencé à utiliser le «sans fil» dès 1981 (avec les téléphones analogiques), puis le digital en 1991, avant la 3G en 2003.

[2] Lennart Hardell était déjà associé en 2011 au groupe de travail du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), constitué afin d’évaluer le potentiel cancérogène de l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences

Le mécanisme des pesticides causant le cancer du sein identifié

Alors qu’en France le 1er octobre marque le coup d’envoi d’ « Octobre rose », campagne de dépistage et de sensibilisation du cancer du sein, la recherche sur ce sujet avance de l’autre côté de l’Atlantique. L’équipe de biologistes canadiens Luc Gaudreau vient de mettre en évidence un mécanisme qui explique comment certains pesticides contribuent au développement de la maladie.

L’étude à l’origine de cette découverte est basée sur environ une vingtaine de pesticides,  couramment utilisés en agriculture.. Les études récentes menées en France au sujet de la pollution aux pesticides de l’eau ou encore du vin nous laissent imaginer qu’à l’image du nuage radioactif, les conclusions de l’étude de Luc Gaudreau ne connaissent pas les frontières.

«Lorsque les polluants entrent dans les cellules du corps, ces dernières enclenchent un mécanisme de défense, explique le biologiste moléculaire. Elles activent le récepteur AhR». Ce récepteur – une protéine – est aussi un important régulateur de l’expression des gènes. Activé, AhR entraîne l’expression des deux enzymes qui procèdent à la détoxification. «L’ennui, c’est que ces mêmes enzymes peuvent également métaboliser les œstrogènes», signale Luc Gaudreau. Les œstrogènes sont depuis longtemps reconnus comme un facteur impliqué dans le développement du cancer du sein.

Enfin une lueur d’espoir

«Ce mécanisme nous donne une idée de la manière dont les polluants interagissent avec le système endocrinien, précise Luc Gaudreau. Même si les pesticides n’entraînent pas le cancer à court terme, ce mécanisme peut révéler comment ça se passe à moyen et long terme.»

D’après le biologiste, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les mécanismes de transcription génique, les mêmes mécanismes moléculaires pourraient aussi être impliqués dans le système endocrinien mâle, de même que dans l’évolution d’autres cancers hormono-dépendants tels que le cancer de la prostate.

Cette découverte vient confirmer ce que déjà bon nombre de chercheur en France comme les scientifiques du Criigen nous disent : non seulement les liens entre santé et environnement sont un fait mais jamais les gestes du quotidiens n’avaient eu autant d’impact.

Il est donc urgent que les pouvoirs publics et les industriels adoptent des comportements responsables. Cela commence par financer les études sur les études à moyen et long terme, à l’image de celle menée sur Roundup par le Pr Gilles-Eric Séralini il y a tout juste un an.

L’Appel de la Jeunesse, partenaire du festival « Sciences en Bobines » !

Pour la 9e édition du festival de films, l’Appel de la Jeunesse s’associe à l’événement.

Les savoirs scientifiques et techniques ne sont pas neutres. Ils sont construits par les hommes et sont soumis, comme toute création humaine, à des enjeux politiques, économiques et sociaux. Ainsi, ceux qui affirment que les sciences sont « naturellement » porteuses de bonheur et de progrès ne visent qu’à museler la critique et à conforter leur propre pouvoir. Les crises et les scandales sanitaires, écologiques, économiques et humanitaires qui se multiplient révèlent le visage d’une science soumise aux intérêts des lobbys industriels et financiers. La Fondation Sciences Citoyennes juge essentiel de mettre en évidence une autre approche : celle d’une recherche désireuse d’affronter les grands défis de nos sociétés, de dialoguer avec des savoirs autrefois dévalorisés et celle de citoyens qui revendiquent leur droit à participer aux choix scientifiques et technologiques qui conditionnent leur avenir.

Le festival « Sciences en Bobines » propose une riche palette de films critiques et militants et des débats pour que le dialogue s’engage entre chercheurs et citoyens dans le but de privilégier le bien commun… pour des futurs meilleurs !

Après sa traditionnelle session estivale qui s’est tenue du 23 au 25 août à Trescléoux/Pont-Lagrand, le festival entre dans sa phase centrale du 1er au 14 octobre 2013 en partenariat avec BASTA ! et proposera des projections-débats dans 11 villes : Avignon, Chaussy (95), Montpellier, Nantes, Paris, Saint-Denis, Saint-Malo, Toulouse, Trescléoux (05), Villeneuve d’Ascq. La session de Tours est exceptionnellement décalée au 14 novembre.

Au programme : agriculture urbaine, agroécologie, biens communs, gaz de schiste et transition énergétique, lanceurs d’alerte et OGM, nucléaire civil et militaire et génétique des populations, téléphonie mobile et ondes.

Avec la participation d’Alain Dubois, Annie Durand, Bertrand Bocquet, Christian Vélot, Christine Aubry, Claudia Neubauer, Diane Giorgis, Eric Meunier, Etienne Cendrier, Fabien Piasecki, François Warlop, Julien Bellanger, Pierre Sartor, Sophie Le Gall, Thierry Derouet, Thomas Porcher et Véronique Chable.

Une vingtaine d’organisations est partenaire du festival : ACRO, les Amis du monde diplomatique, l’Appel de la jeunesse, Autour du 1er mai, Avicenn, La Bergerie de Villarceaux, Écocampus ENS, EELV Toulouse, Générations futures, Inf’OGM, Ingénieurs sans Frontières, Kheper, PING, Le Réseau Semences Paysannes, le Réseau Sortir du Nucléaire, Robin des toits, SEPANT, Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes, Sud-recherche EPST et Vecam.

N’hésitez pas à poster un commentaire sur les pages des films projetés pour aider à les faire connaitre ou simplement exprimer votre ressenti.

Programme détaillé, détails pratiques, bandes-annonces, etc. sur le site web du festival :
http://sciencesenbobines.org

L’Appel de la Jeunesse s’associe à VivAgora sur le projet des rencontres citoyennes

L’association VivAgora, qui œuvre pour l’engagement et le débat citoyen dans les choix écologiques et techniques, propose de septembre à décembre 2013  un cycle de 4 rencontres thématiques sur le thème de la performance et des addictions notamment liées aux usages techniques ( internet, jeux virtuels, smartdrugs…).
Ce cycle propose de partager sur les expériences, attentes, souffrances liées au bain technologique des sociétés modernes et d’explorer les modalités d’une écologie mentale propre à revitaliser les liens sociaux.
A partir d’une immersion ou mise en situation théâtralisée, les participants seront invités à échanger sur leurs vies et les usages techniques entre désirs et contraintes.

Ces rencontres seront enrichies par l’intervention de témoins, chercheurs ou praticiens confrontés aux tensions entre performance et vulnérabilité, qui apporteront leur regard historique, anthropologique, philosophique, économique pour faire saisir les enjeux des situations vécues. Les deux premières sont les suivantes :

LA COURSE À LA PERFORMANCE
avec Miguel Benasayag, Marie-Dominique Bleuler, Christophe Brissonneau* (* sous réserve)
Lundi 23 septembre 2013
de 19h à 22h

>> http://www.lentrepot.fr/LA-COURSE-A-LA-PERFORMANCE.html

LES ÉCRANS ET LA VIE VIRTUELLE
avec Marie-Pierre Archambeaud et Sabine Duflo
Lundi 14 octobre 2013
de 19h à 22h

>> http://www.lentrepot.fr/LES-ECRANS-ET-LA-VIE-VIRTUELLE.html

Plus d’infos sur http://www.vivagora.fr/

Inscriptions à rencontres.citoyennes@vivagora.fr

C’est la rentrée et l’équipe du collectif Appel de la Jeunesse s’agrandit!

Recrutement d’un volontaire en service civique

Pour venir en soutien aux équipes bénévoles et au coordinateur national fraichement arrivé, le collectif recrute un volontaire (SCV) « formation santé – environnement auprès des 18 / 25 ans ». Au programme : développement du module sur la base de celui construit par les bénévoles en 2012 « let’s talk about sex », mise en place de formations tests dans les campus d’Ile de France et formations de formateurs pour que le module se propage dans tous les campus de France !

Nous recherchons donc un jeune de moins de 26 ans, motivé par cette mission et les problématiques de liens entre l’environnement et la santé, et qui a envie de s’investir dans une association pour cette nouvelle année scolaire ! La mission commence en octobre 2013 et se termine en juin 2014.

Tous les détails du poste ici : SCV coordinateur formations santé environnement

Envoyez vos candidatures à Pauline Reybier : copresidence @ appeldelajeunesse.org

A vos stylos !

 

Bienvenue à notre coordinateur national

Nous profitons également de cette rentrée pour souhaiter la bienvenue à Damien ! Après 4 ans d’existence, et grâce à la confiance et au soutien de ses partenaires, le collectif se dote en effet d’un coordinateur national à plein temps.

Très bonne rentrée
L’équipe du collectif

Tous dopés ?

La centième édition du Tour de France vient de se terminer et, pour l’instant, aucun cas de dopage avéré parmi les coureurs… Cependant, il semblerait qu’en cent ans de Tour, des millions de spectateurs et de téléspectateurs aient été dopés  ! Et ce, à l’insu de leur plein gré !

 

Chaque année, le  Tour de France reste un grand succès populaire. Avant l’arrivée des  cyclistes, la célèbre « caravane du tour » déverse près de 14 millions de cadeaux  promotionnels durant 35 minutes. En 2012, chacune des 37 marques présentes a déboursé entre 1 et 3 millions d’euros sur le Tour pour toucher ces 12 millions de spectateurs (sans compter les spots de pub diffusés par les chaines publiques touchant 3,6 millions de français). Cette année, Carrefour, Vittel, Banette, Neslté, Cochonou, Belin, Haribo avaient fait le déplacement, pour le plus grand plaisir des spectateurs et de leurs papilles.

 

Quel bilan pour les familles venues admirer le spectacle ? Des centaines de molécules chimiques avalées !

OGM, pesticides, perturbateurs endocriniens : ces poisons du quotidien imprègnent les organismes et menacent notre santé. Malheureusement, les contrôles anti-dopage n’existent pas encore pour ces produits… Pour des spectateurs  »propres », le mouvement « Générations Cobayes » se mobilise et lancera à l’automne  une grande campagne de sensibilisation et d’information.

 

L’appel de la jeunesse détourne la une du journal l’Equipe :

 dopes_v4

L’Appel de la Jeunesse s’associe à « Consommateurs, pas cobayes »

Compte tenu des résultats alarmants de l’étude du professeur Gilles-Eric Séralini et son équipe soutenus par de très nombreux scientifiques du monde entier, et sur la base de la stricte application du principe de précaution dans un domaine touchant à la santé publique, les organisations de la société civile et les consommateurs citoyens exigent des pouvoirs publics qu’ils procèdent à :

  • la mise en place d’un moratoire sur l’importation de tous les OGM qui se retrouvent dans l’alimentation animale en grande quantité, et en particulier du maïs NK 603 et de l’herbicide RoundUp
  • la remise en cause de façon transparente et indépendante de toutes les autorisations de mise en marché accordées aux plantes génétiquement modifiées.

C’est pourquoi l’Appel de la Jeunesse s’associe à l’association Bio consomm’acteurs et soutien leur action sur les OGM. La pétition sera remise en octobre 2013 au premier ministre et aux ministres concernés.

Vous aussi agissez et signez la pétition ici : http://action2.bioconsomacteurs.org/

Objectif : 100 000 signataires !

Retrouvez également le mouvement sur facebook

Overtdose : Tous réunis contre l’écologie !

On ne parle pas de Développement Durable dans la campagne … Et c’est TANT MIEUX !

« BPA : J’aime ça ! », « Le nucléaire, c’est de la bombe », ou encore « les générations futures n’avaient qu’à être avant ! » : Voici ce que scandaient les nombreux étudiants réunis le 5 avril dernier à Paris, Lyon et Marseille. Ils ont défilé, sous les regards interloqués, surpris voire inquiets, des passants, à la Défense, place Bellecour et sur la Canebière. Ils ont donné leur force pour insulter les cyclistes, s’incliner devant les tours de Total et d’Areva, scander « vive la déforestation ! » devant Nature & Découverte,  et même pour remercier les consommateurs d’essence et leurs 4×4 !

Plus de  50 associations étaient présentes sur les trois événements, dont l’Appel de la jeunesse !


Vous l’aurez compris, il s’agissait d’une « fausse manifestation » organisée par les associations du mouvement  O-VERT-DOSE. Ce mouvement a été lancé par le Réseau Français des Étudiants pour le Développement Durable (Le REFEDD, association non partisane), qui réunit plus de 100 associations étudiantes engagées pour un développement durable sur le territoire. Le REFEDD est l’un des membres très actifs du Conseil d’Administration du collectif de l’Appel.

Surprise, colère, amusement, interrogation… autant de réactions suscitées par le mouvement O-VERT-DOSE !

« Anti-écologistes ? Pourquoi ça ? » « Je trouve la démarche originale et drôle »  « Je trouve ça vachement égoïste de dire ‘ les pingouins ça craint !’ » « Anti-écolos ? Ah,  continuez alors, c’est la fin du monde bientôt ! » « Chacun pour sa peau alors ? Non mais vous pensez vraiment ça ? »  « Au moins ça attire le regard pour une fois… »

Pourquoi l’Appel de la jeunesse est actif au sein du mouvement Overtdose ?

Nous avons participé à cette manifestation ludique et ironique parce que nous pensons avant tout que les discours anxiogènes et moralisateurs ne servent pas la cause que nous défendons, et font fuir les jeunes ! Cet évènement décalé est l’occasion d’interpeller les passants et le grand public avec des slogans provocateurs, et de les inciter à réfléchir à leur propre vision de l’écologie, ou la solidarité, souvent caricaturé à l’extrême!
L’autre grand objectif était bien sur d’interpeller les responsables politiques sur l’importance pour les nouvelles générations de replacer le développement durable au cœur du débat politique et surtout des actions politiques. A commencer bien sûr par les questions de santé-environnement!

C’est pour ces raisons que l’Appel de la jeunesse a fait parti des initiateurs de ce mouvement !

Le communiqué de presse de bilan de l’évènement c’est ici : CP Retour Overtdose 2012

Pour suivre les prochaines actions de l’Appel de la jeunesse sur twitter c’est ici et facebook, ici. 

Pour suivre le mouvement overtdose sur facebook c’est ici.

Cycle de conférences Greenpride

Dans le cadre de la Greenpride, l’appel de la jeunesse vous convie à un cycle de conférences sur le thème des impacts de notre environnement sur la santé. Ces rendez-vous seront ouverts à tous et se dérouleront dans les grandes écoles et universités franciliennes.

Au programme :

Conférence n°1.

Thème : « Agriculture, alimentation et santé », en partenariat avec l’association Les Débats de l’Agro.

Intervenants :

-       Marc Dufumier – Ingénieur agronome, professeur émérite et chercheur, auteur de « Famine au sud, Malbouffe au nord »

-       Maria Pelletier – Présidente de Générations Futures et PDG du Moulin Marion

-       William Vidal – Directeur Général du label Ecocert

 

Mercredi 7 mars 2012, 18H – 20H

Conférence à AgroParisTech
Amphi Tisserand
16 rue Claude Bernard
75005 Paris

RER B – Port-Royal

 

Conférence n°2.

Thème : « 3 success stories d’entreprises sociales : Alter Eco, Les 2 Vaches, Véja : santé et développement durable au cœur des stratégies d’entreprise », en partenariat avec l’association Oïkos.

Intervenants :

-       Sebastien Kopp – Co-fondateur de la marque Veja

-       Nicolas Mounard – Directeur Général de la marque Alter Eco

-       Daniel Tirat – Directeur Général de la marque Stonyfield France/Les 2 vaches Bio

 

Jeudi 8 mars 2012, 17H30 – 21H

Conférence à l’ESSEC
Campus de Cergy-Pontoise Avenue Bernard Hirsch

95000 Cergy-Pontoise

RER A – Cergy – Préfecture

Conférence n°3.

Thème : « Explosion des maladies du cerveau : quelle prévention et quel impact sur notre système de santé? », en partenariat avec l’association Dauphine Durable.

Intervenants :

-       André Cicolella – Président du Réseau Environnement Santé, chercheur à l’INERIS

-       Maris Grosman – Biologiste, spécialiste de santé publique

-       Roger Lenglet – Philosophe et journaliste d’investigation sur les thèmes de la santé, de l’environnement et du lobbying industriel

 

 Vendredi 23 mars 2012, 17H00 – 19H

Conférence à Dauphine

Place du Maréchal de Lattre de Tassigny

75116 Paris

Métro Porte Dauphine

 

Conférence n°4.

Thème : Projection du film Notre poison quotidien puis débat avec la salle, en partenariat avec l’association Regards Croisés

En présence de notre marraine, la réalisatrice des films « Le Monde selon Monsanto » et « Notre poison quotidien », Marie-Monique ROBIN.

            Vendredi 30 mars 2012, 18H30 – 21H

Conférence au Collège Ostéopathique Européen de Cergy

46 avenue des Genottes

 95 800 Cergy

RER A – Cergy Saint-Christophe

Lien Facebook de l’event : http://www.facebook.com/events/276821499055936/

Nos actus

Associations Membres


Uploaded with ImageShack.us

Avec le soutien de...